#Pleine conscience

Le blues hivernal: évanescence et enseignement

En ce sombre mois de novembre, notre équipe a décidé d’examiner de plus près #Le blues hivernal. Nous le ressentons tous : les jours raccourcissent à nouveau, la lumière naturelle du jour se fait de plus en plus rare et l’ambiance dans le bureau en pâtit.

Souvent, nous aussi, nous aimerions nous cacher sous notre couverture et ne pas sortir du tout. On ressent moins d’énergie disponible et tout devient plus sombre.

Oui, mais pourquoi ? Et qu’est-ce que la nature essaie de nous dire ? Ou sommes-nous tous simplement en dépression saisonnière ?

Nous nous sommes penchés sur toutes ces questions ces dernières semaines et c’est la raison pour laquelle nous écrivons dans ce premier article ce qu’implique le passage à la saison hivernale. Dans le deuxième article, nous examinerons ensuite plus en détail le corps et l’esprit ainsi que les effets de l’automne et l’hiver sur nous. Dans le troisième article, tu trouveras des conseils concrets pour la vie de tous les jours sur la façon de passer au mieux la saison hivernale et commencer en forme la nouvelle année.

Nous sommes sûrs que les jours qui suivront cet article ne te sembleront plus si mornes et que tu pourras en voir les bons côtés.

Ce que les dieux de la mythologie grecque ont à voir avec l’automne

Eh bien, pour comprendre l’homme, la nature et leur interaction, il est souvent utile de se pencher sur la mythologie grecque.

Selon l’histoire, Hadès, le dieu des enfers, avait besoin d’une nouvelle épouse. Bien sûr, il ne pouvait choisir n’importe quelle femme, mais, au contraire, une belle déesse de bonne famille, de sorte qu’il tomba amoureux de la fille de Zeus et Déméter, appellée « Kore ».

Comme le charme ne faisait pas partie des atouts d’Hadès, mais qu’il était d’autant plus apte à imposer ses désirs par la force, il enleva Kore pour la faire entrer aux enfers.

Pour les peuples de la terre, c’était bien sûr une catastrophe, après tout, Kore, en tant que déesse de la fertilité, était responsable de l’épanouissement de la nature. S’ensuivit une sécheresse sur la terre ou plus rien ne poussa – les gens mouraient de faim.

Comme il sied à tout bon père de famille, Zeus essaya de sauver sa fille et réussira via un compromis. Voilà à quoi il ressemblait :

Pendant les trois premiers mois de l’année, Kore devait diriger les enfers avec Hadès sous le nom de « Perséphone » et le reste de l’année, elle était autorisée à vivre sur terre avec sa mère pour que la nature puisse s’épanouir.

Ce récit est bien plus qu’un simple mythe. Il nous introduit au principe de la métamorphose et de la renaissance en automne et en hiver, symbolisant la descente dans les ténèbres avant la remontée dans la lumière.

Tu peux observer ce principe dans chaque graine de la nature qui se fraye un chemin à travers la terre sombre pour s’épanouir vers la lumière au printemps.

La nature dans sa métamorphose annuelle : quand les animaux et les plantes prennent aussi leurs aises

Une fois que tu auras intériorisé ce principe, tu pourras l’observer partout à l’extérieur. L’automne et la transition vers l’hiver se constatent au mieux avec les arbres.

Les jours raccourcissent, les températures baissent et il y a moins de lumière disponible. Moins de lumière signifie également que les arbres et les plantes réduisent leur photosynthèse, processus par lequel le dioxyde de carbone de l’air et de l’eau est converti en glucose et en oxygène.

La chlorophylle, le colorant vert des feuilles, est le principal indicateur en la matière. Moins il y a de lumière, plus les feuilles changent de couleur et tombent rapidement. Un bouleau peut perdre jusqu’à 28 kilos par an, tandis qu’un marronnier d’Inde produit en moyenne jusqu’à 25 kilos de feuilles.

Ainsi, les arbres abandonnent simplement leurs vieilles feuilles, se reposent en hiver avant de reprendre des forces pour un nouveau départ au printemps.

Beaucoup d’animaux utilisent la même méthode. Le hérisson et certains autres rongeurs, par exemple, tombent en hibernation, au cours de laquelle la température du corps est légèrement abaissée, réduisant ainsi leurs fonctions au minimum.

Les écureuils ne dorment qu’une petite partie de l’hiver, mais limitent leurs activités. Ils ne courent pas aussi vite et font des réserves qu’ils cachent.

Même les poissons ont une tactique pour survivre à l’hiver. Dès qu’il fait plus froid dehors, leur température baisse et le sang se refroidit. Ils sont alors eux aussi plus lents et cherchent des cachettes. Si leur température corporelle descend en dessous d’un certain niveau, ils tombent dans un état de rigidité cadavérique, dont ils ne se réveillent pas avant le printemps.

L’archétype du Scorpion symbolise le changement et le nouveau départ en nous

Comme tu le sais certainement, le soleil entre dans le signe du Scorpion à partir du 24 octobre – c’est pourquoi les personnes dont l’anniversaire tombe le mois suivant reçoivent également le signe du Scorpion dans la langue vernaculaire.

Ici encore, on peut en déduire beaucoup de choses. Après tout, l’astrologie met en relation les constellations et les processus astronomiques sur terre – selon le principe suivant « C’est pareil à grande échelle qu’à petite échelle – comme ci-dessus, donc ci-dessous ».

Que nous apprend donc l’archétype du scorpion en automne sur les processus qui se déroulent sur terre et donc aussi en nous-mêmes ?

Symboliquement, cet archétype représente le changement, la transformation et la renaissance.

Comme Perséphone aux enfers, nous devrions profiter de cette phase pour descendre au plus profond de notre être et rencontrer des sentiments désagréables tels que l’envie, la jalousie, l’avidité, la colère ou la tristesse.

Si, pendant cette saison sombre, nous rencontrons aussi nos ombres intérieures et les faisons prendre conscience, nous pouvons les transformer et nous libérer de la pression qui en émane. Et puis, soudain, ils ne sont plus aussi effrayants. 

Une chose est à noter à ce stade : l’énergie ne peut être détruite, elle ne peut être que transformée. Tout comme les émotions que nous portons en nous au cours d’une année. Ils se tapissent dans nos cellules, nous dérangent et attendent enfin d’être pris en compte. 

Cela ne sera pas toujours agréable au début, mais une fois détournée, elle nous permettra d’intégrer ces énergies de manière productive dans notre vie quotidienne et de les faire circuler dans d’autres formes d’expression. 

Ainsi, le scorpion avec son aiguillon nous rappelle que l’obscurité, la profondeur et le changement sont également nécessaires à un développement sain. Il nous incite à sortir de notre réserve afin que nous puissions remettre en question nos vieilles structures et nous laisser aller, nous retirer pour faire de l’introspection, pour que nous puissions bientôt renaître de nos cendres dans une nouvelle splendeur à l’instar du Phénix.

Pouvons-nous encore prendre du temps pour se retirer dans notre société moderne ? 

Qu’il s’agisse de la mythologie grecque, de la nature ou de l’astrologie, toutes ces observations nous montrent que l’automne est un moment de retraite et de contemplation.

Les psychologues s’accordent également à dire qu’il est tout à fait normal que nous nous sentions plus lents et moins énergiques pendant la transition entre l’automne et l’hiver. Ces ressentiments ne constituent pas véritablement une dépression hivernale, terme souvent utilisé à mauvais escient.

Cette « baisse » peut même s’expliquer en termes médicaux, ce dont nous parlerons plus en détail dans le prochain article. À ce stade, on peut cependant dire que le manque de lumière pendant la période de transition décrite ci-dessus modifie également nos hormones.

La mélatonine, en particulier l' »hormone du sommeil », est libérée plus fortement que d’habitude et nous rend donc plus rapidement fatigués. Dans le même temps, la libération de sérotonine, notre « hormone du bonheur », diminue également. Pas étonnant qu’à cette époque de l’année, tu souhaites aussi hiberner comme un hérisson.

Tout cela ne serait pas problématique si nous avions la possibilité de nous retirer pendant cette période et de recharger nos réserves d’énergie. De nombreuses cultures nordiques nous montrent la voie. Durant cette période, ils s’autorisent une « hibernation sociale » et utilisent cette pause à des fins d’introspection. 

Malheureusement, le seul problème est que, dans notre société, ces tendances naturelles sont devenues symptomatiques. Ainsi, si vous êtes moins productif que d’habitude en automne et en hiver et que vous avez des sautes d’humeur, vous souffrez rapidement de « dépression hivernale ».

Presque tous les employeurs s’attendent à ce que nos performances soient au même niveau que sur le reste de l’année. Ce temps d’introspection durant cette période est une fonction naturelle de la conscience et est très importante pour chacun d’entre nous. C’est ce que devrait reconnaitre certains patrons. 

Au lieu de cela, de quoi avons-nous besoin de façon si urgente en cette saison sombre ?

Au lieu de pousser nos limites en cette saison sombre en mettant notre corps au défi de fonctionner avec moins d’énergie, nous devrions avoir le courage de plonger dans notre propre obscurité.

Le fait que les jours raccourcissent et que les nuits s’allongent est une invitation à affronter l’obscurité de la vie et à confronter nos propres peurs – et donc notre ego ainsi que notre subconscient. Nous pouvons ainsi nous préparer à la renaissance qui nous attend seulement trois mois plus tard.

Nous pouvons nous entraîner à voir l’automne et l’hiver pour ce qu’ils sont : une période de changement, d’adieu, de lâcher prise et de purification intérieure.

C’est le moment où nous pouvons nous retirer dans nos maisons et appartements avec une tasse de cacao sans mauvaise conscience, annuler des rendez-vous et laisser les vieux problèmes nous revenir à l’esprit : Quelles pensées sont prêtes à être lâchées et lesquelles pèsent encore lourdement sur ta poitrine ? 

Mais c’est aussi et surtout un moment de gratitude et de réflexion. Nous pouvons nous demander ce qui nous a donné un plaisir particulier l’année dernière et quelles sont les phases difficiles qui nous ont permis de grandir. De cette façon, nous donnons au corps et à l’esprit la paix et le calme dont ils ont besoin pour rencontrer la lumière au printemps avant de recommencer un nouveau cycle.

Alors, que feras-tu pour toi pendant les jours de froid ?

Nous espérons que cet article  t’a inspiré à te retirer et à te consacrer à toi-même pendant les jours de froids. Ce ne sera pas toujours facile en cette période de métamorphose – mais ce n’est pas nécessairement le cas.

Ou pour reprendre les mots de Richard Bach : « Ce qui est pour chenille la fin du monde, est appellé un papillon par le maître ».

Alors implique-toi dans cette période de changement – avec tous tes sens et sentiments. Afin de pouvoir repartir renforcé au printemps. Avec ta nouvelle énergie.
Votre équipe Humanoo

Written by Karina Schöneberger

Originally published on 30. octobre 2020

Share this article

Partager sur linkedin
Partager sur xing

do you like me?

Want to receive more news like this one? Subscribe to our HUMANOO Newsletter!

Please tell us what we can improve!

Related Articles

Interested in more?

More Articles coming soon ...

Souhaites-tu recevoir notre newsletter B2B ?

Nous travaillons quotidiennement sur de nouveaux contenus passionnants. Qu’il s’agisse de l’actualité gestion de la santé en entreprise, de connaissances d’experts, de mises à jour des produits Humanoo ou de nouveaux webinaires disponibles – si tu veux rester au courant de l’actualité, inscris-toi dès maintenant à notre newsletter B2B.