Déprime de la nouvelle année : le mois de janvier est le lundi de l’année

Si vous tapez « Monday Memes » dans Google pour vous amuser et que vous allez dans la recherche d’images, le désespoir associé au lundi est très clair. Vous tomberez sur des photos de chats énervés avec la légende « When it’s Monday and you still haven’t had a coffee » (“Quand c’est lundi et que tu n’as toujours pas bu ton café”) ou bien « Not sure if it’s the end of the world or just Monday » (“Pas sûr de savoir si c’est la fin du monde ou si on est juste lundi”).

Nous connaissons toutes et tous la sensation du lundi matin après un week-end détente : personne n’a jamais envie de se replonger à nouveau dans les obligations du quotidien.

Le mois de janvier est un peu comme le lundi de l’année. Le tohu-bohu est terminé et il faut maintenant tout recommencer.

Dans le cadre de notre thématique du mois, #echecresolution, nous nous demanderons dans cet article pourquoi le mois de janvier peut parfois nous sembler si difficile et ce qui pourrait nous aider à le surmonter.

Blue Monday : pire jour de l’année ?

Depuis de nombreuses années, le troisième lundi de janvier (aux alentours du 21) est la « journée la plus déprimante de l’année », appelée aussi « Blue Monday », selon les observations d’un psychologue britannique.

Les scientifiques ne sont pas tous d’accord sur le sujet et les avis divergent quant à la journée qui nous cause le plus de désarroi. Une chose est sûre : si l’on compare les chiffres des suicides de ces trois dernières années (en Allemagne), le mois de janvier est tout en haut de la liste (selon l’Office allemand de la statistique). Il doit bien y avoir des raisons pour que janvier soit si difficile pour beaucoup d’entre nous.

Le bon vieux blues du mois de janvier : quand l’agitation retombe

Au cours des derniers mois de l’année, le monde entier se prépare à trois jours : les fêtes de Noël et le réveillon. On prépare les cadeaux et on prévoit de retrouver la famille ou les ami(e)s. Et puis tout à coup, c’est terminé et il ne reste rien qu’un grand vide.

Les experts envisagent différentes raisons pour lesquelles le mois de janvier est particulièrement éprouvant : 

  • le mauvais temps. Les jours sont courts, le corps libère davantage de mélatonine, l’hormone du sommeil et nous avons juste envie de rester sous la couette. Les mois de janvier et de février sont pour ainsi dire la dernière ligne droite de l’hiver.
  • des difficultés financières. Les cadeaux de Noël ont laissé des marques de leur passage sur nos comptes en banque et les différentes factures de début d’année nous tombent également dessus. Pour beaucoup, il est douloureux de consulter ses finances.
  • L’agitation des fêtes est passée. Dès le mois de décembre et surtout juste avant Noël, on ne fait que courir et on a toujours mille choses à faire.
    Ce rythme s’accélère au moment des fêtes de Noël et entre Noël et le jour de l’an. Puis tout se termine brutalement et il ne reste qu’un grand vide dans le calendrier.
  • Nos résolutions mettent à l’épreuve notre confiance en nous. On a imaginé cette nouvelle version de nous-même et on voudrait tout changer pour cette nouvelle année. Après quelques semaines, on remarque que les premières résolutions commencent à s’effriter. La motivation est au plus bas et beaucoup commencent à douter d’eux-mêmes. 

Janvier 2021 : en voilà un défi pour tout le monde

Le mois de janvier est comme la gueule de bois après les fêtes. S’ajoute à cela le fait que l’année 2020 nous a toutes et tous poussés à douter à un moment ou un autre. Elle nous a surtout fait ressentir des émotions désagréables, de l’impuissance à la colère, en passant par la peur voire la panique.

Au début de cette nouvelle année, beaucoup d’entre nous souhaitent, même sans le savoir, retrouver la vie d’avant et reprendre où nous nous étions arrêtés. Notre devise sera : « En 2021, tout va changer ».

L’idée qu’il est impossible de revenir du jour au lendemain à notre quotidien habituel juste parce qu’une nouvelle année commence et qu’on a tourné une page du calendrier peut être une nouvelle source de frustration pour beaucoup. Cette réalisation pourrait être particulièrement claire à la fin du mois de janvier, mais nous devons nous y préparer.

La psychologie positive et ce qu’elle a à nous apprendre

Le mois de janvier est toujours un défi. Pendant un mois aussi terrible, il semble difficile de rester positif, et encore plus avec la conjoncture mondiale actuelle.

« Comment pourrions-nous vous aider ? », voici la question que nous nous sommes posée dans l’équipe et nous avons eu l’idée d’examiner de plus près, dans cet article, le domaine de la « psychologie positive » :

Il s’agit d’une branche de la psychologie qui s’occupe par exemple de : 

  • ce que le bonheur signifie pour les personnes et pour la société
  • la possibilité de mesurer le bonheur, et comment s’y prendre 
  • comment se sentir plus heureux/heureuse au quotidien 

Il s’agit d’une approche scientifique visant à analyser les sentiments, les pensées et les modes de comportement humains en se concentrant sur les points forts et non sur les points faibles.

L’objectif est de mettre au point quelque chose qui nous rende heureux plutôt que de se concentrer sur les mauvaises expériences du passé.

Ce domaine de la psychologie se concentre avant tout sur des notions telles que la force de caractère, l’optimisme, le bonheur, le bien-être, la compassion (pour soi-même et pour les autres), la confiance en soi, l’espoir et la résilience.

Il est ici important de mentionner que les sentiments négatifs sont naturels et qu’ils ne doivent pas être mis sous le tapis, aucun(e) psychologue ni aucun(e) thérapeute ne recommanderait cela. Tout est question de balance et les sentiments négatifs font partie de la vie et de cet équilibre.

Il est plutôt question ici de prendre conscience de ses sentiments négatifs, de les ressentir et d’être patient avec soi-même. Ce n’est que de cette façon que nous pouvons laisser nos diverses facettes s’exprimer et s’estomper ensuite pour nous concentrer sur le positif et changer de perspective : sortir de l’ornière qui nous immobilise pour profiter d’une sensation d’élan au quotidien.

« Rester positif » est plus facile à dire qu’à faire : comment changer de perspective ?

Vous vous dites peut-être que cela a l’air bien gentil mais vous ne voyez pas vraiment comment l’intégrer à votre vie ?

Les études et les enquêtes suivantes dans le domaine de la psychologie positive ont mené à des conclusions qui pourraient vous inspirer : 

  • la prospérité financière est souvent surestimée. Nous avons tendance à surestimer l’influence de l’argent sur notre bien-être. Il joue certes un rôle, mais pas un aussi déterminant que l’on pourrait croire. Il peut ici être pertinent de ne pas orienter ses pensées et ses objectifs en fonction de la prospérité, mais plutôt du bien-être.
  • les expériences ont plus de valeur que les objets. Tant que nous parlons argent, il faut également souligner que les études ont montré que dépenser celui-ci pour des expériences rend plus heureux que de le dépenser pour des biens matériels. Cela est d’autant plus vrai dans le cas des expériences que l’on partage avec d’autres personnes.
  • la reconnaissance contribue au bonheur. Et il est même possible de mesurer cette notion. Les personnes qui se sentent souvent reconnaissantes sont plus heureuses que les autres. Si vous vous endormez tous les soirs en pensant à quelque chose dont vous êtes reconnaissant(e), ou que vous vous réveillez de cette façon, vous sentirez déjà une grande différence.
  • l’ocytocine booste le bonheur. La sécrétion de l’hormone du bonheur entraîne une augmentation de la confiance, de l’empathie et du sentiment de valeur chez les personnes. L’ocytocine est une hormone de la proximité qui est produite lorsque nous établissons un contact visuel agréable ou apprécions nos alentours. On l’appelle également « hormone de tendresse ».
  • le bonheur est contagieux. Les personnes qui se trouvent entourées de personnes heureuses se sentent manifestement plus heureuses que les autres. Entourez-vous donc de personnes positives lorsque vous avez un petit coup de mou. 

Expérience à réaliser sur soi : votre journée de la courtoisie

La théorie a beau être passionnante – la pratique rend toujours les choses bien plus intéressantes. Afin que vous puissez tester les vertus de la psychologie positive dans votre vie, nous vous avons conçu une petite expérience.

Être courtois avec les autres et avec soi-même compte parmi les vertus de caractère de la psychologie positive. Afin d’éprouver davantage de satisfaction dans la vie, il est recommandé de suivre ces vertus de façon consciente dans la vie afin d’augmenter sa sensation de bonheur.

Faire preuve de courtoisie et d’amabilité avec les autres entraîne des émotions positives et influe profondément sur nous, à l’intérieur.

L’idée derrière cette expérience est que vous choisissez une journée au cours de laquelle vous ferez particulièrement preuve de courtoisie avec les autres comme avec vous-même. Il doit bien entendu s’agir d’une journée au cours de laquelle vous vous sentez bien, pas d’un jour où vous vous êtes levé(e) du mauvais pied.

Commencez par vous-même dès le réveil. Il peut s’agir ici des pensées que vous avez en tête lorsque vous vous regardez dans le miroir, lorsque vous vous habillez ou lorsque vous préparez votre petit déjeuner. Veillez à rester bienveillant envers vous-même. Comportez-vous avec vous-même comme vous le feriez avec une personne que vous appréciez et respectez beaucoup.

Une fois hors de chez vous, continuez par des « Random Acts of Kindness ». Voici quelques exemples : 

  • surprenez quelqu’un en lui offrant quelque chose, comme un café ou un gâteau 
  • laissez quelqu’un passer devant vous à la caisse ou cédez la priorité en voiture 
  • souriez aux inconnus dans la rue
  • complimentez quelqu’un au travail (ou dans la rue)
  • écoutez davantage et posez plus de questions plutôt que de prendre la parole 
  • demandez de l’aide à vos collègues et remerciez-les 

Cela pourra tout d’abord vous sembler bizarre, et vous ressentirez sans doute directement de la résistance. C’est maintenant qu’il faut faire attention : ne laissez pas votre esprit de singe prendre le dessus, faites preuve de compassion. Être courtois avec soi et avec les autres est très agréable et personne ne pourra vous en vouloir pour cela – et ce n’est pas embarrassant.

Vous remarquerez qu’il n’est pas si simple que cela de rester attentif à la question et de mener à bien votre journée de la courtoisie. Cela dit, si vous y parvenez, vous pourrez observer les effets suivants : 

  • les personnes qui auront bénéficié de vos petites ou grandes marques de courtoisie se sentiront, même si ce n’est que pour un court moment, aimées et reconnues
  • le taux d’ocytocine dans votre organisme augmente : votre pression artérielle diminue, votre rythme cardiaque s’harmonise et votre confiance en vous augmente
  • vous remarquerez ce jour-là que vous avez plus d’énergie
  • vous vous sentirez globalement plus détendu(e) et moins triste. 

Alors, prêt(e) à boucler le mois de janvier sous le signe du bonheur ?

Ceci n’est qu’une idée parmi d’autres sur comment profiter de la force apportée par la psychologie positive au quotidien. Si vous vous y mettez, vous pouvez également réfléchir ou rechercher de votre côté des idées sur comment vous concentrer davantage sur le positif et moins sur le négatif.

Dans l’application Humanoo, vous trouverez des exercices de pleine conscience pour développer la pensée positive, ce qui vous aidera à vous plonger davantage dans le bien-être.

Avec notre programme de « Motivation par l’introspection », vous pourrez développer des qualités positives et identifier vos besoins grâce à la méditation introspective.

Nous sommes ravis de pouvoir vous soutenir et vous proposer des outils pour renforcer un état d’esprit positif et vous rendre durablement plus heureux/heureuse.
Votre équipe Humanoo

Share this article