#Alimentation saine

Une relation malsaine avec la nourriture est souvent de nature psychologique

Combien de fois nous sommes-nous récompensés en mangeant des »mauvais aliments« après avoir fait quelque chose de »bien« ? Et combien de fois pensons-nous l’avoir mérité parce que la journée a encore été mauvaise et que nous sommes tristes ou en colère ? Cette tendance remonte habituellement à notre enfance, lorsque la nourriture servait non seulement à nous alimenter, mais aussi à nous »récompenser« . De ce fait, il arrive qu’une relation malsaine et émotionnelle avec la nourriture se développe à l’âge adulte : nous supprimons les sentiments désagréables par une alimentation malsaine. 

Il n’y a évidemment pas de mal à déguster un repas consistant de temps en temps, à condition que ta nutrition soit basée principalement sur des produits végétaux et riches en nutriments. Le plus important est de savoir comment une mauvaise alimentation affecte ton corps et pourquoi tu devrais choisir des alternatives plus saines.

La dépendance à la malbouffe est similaire à la toxicomanie 

Les aliments transformés sont essentiellement composés de sel, de sucre, de graisse et de conservateurs qui envoient un message à ton cerveau et l’affectent de la même manière que les drogues. De tels aliments, qui fondent rapidement dans la bouche, signalent à ton cerveau que tu ne manges pas assez. Par conséquent, ton cerveau est avisé que tu as besoin de plus de nourriture. Ainsi, ton corps doit faire des efforts considérables pour métaboliser toute cette malbouffe.

On sait que le sucre libère des opioïdes et de la dopamine dans l’organisme. La dopamine, un neurotransmetteur, est responsable du »facteur de récompense« de la dépendance ; elle est à l’origine du »high« de satisfaction que tu ressentiras à la consommation de substances addictives et qui t’incitera à répéter ce comportement. Un excès d’aliments sucrés fait donc que le cerveau libère moins de dopamine naturelle et a besoin de dopamine artificielle pour compenser cette perte. De ce fait, le contrôle de l’ingestion de nourriture est facilement perturbé.

Les fringales et la faim sont deux choses différentes

Tu as faim parce que ton corps te signale qu’il faut recharger ton énergie et tes nutriments. Les fringales, quant à elles, sont provoquées par divers facteurs physiques ou mentaux qui te convainquent que tu as besoin de manger plus que ne peut le faire un repas normal. Toutefois, ces fringales ne signifient pas que ton corps manque de certains nutriments contenus dans l’aliment dont tu raffoles. Mais ils sont parfois le signe d’un déséquilibre hormonal, de la mauvaise alimentation, d’un niveau de stress élevé, d’un manque de sommeil ou d’un manque d’activité physique. 

Il est presque impossible de renoncer à la malbouffe

Les en-cas sucrés et salés sont bon marché et disponibles partout. La dépendance aux aliments nocifs pour la santé est plus acceptable socialement que la dépendance aux drogues ou à l’alcool. Cela complique d’autant plus l’abandon de la malbouffe. On aimerait tous avoir assez de volonté pour résister aux sucreries et aux snacks du supermarché, mais parfois on ne peut tout simplement pas résister à la tentation : après tout, la nourriture est une nécessité. Il est donc presque inévitable de consommer de la malbouffe.

3 conseils utiles pour mieux maîtriser la malbouffe

1. Planifier à l’avance 

De préférence, planifie tes repas pour toute la semaine le dimanche ou la veille du jour où tu commences ta semaine de travail. Fais une liste et n’achète que ce dont tu as vraiment besoin. Il faut ensuite préparer de grandes quantités d’aliments simples comme le riz brun, les haricots, les légumes rôtis ou sautés et les salades froides. Tu peux conserver les repas dans des boîtes à provisions et des bocaux ou les envelopper dans un film alimentaire pour qu’ils soient prêts le matin en sortant. Les fruits tels que les pommes, les bananes et les oranges sont faciles à transporter et peuvent également être stockés au bureau, ce qui en fait un bon casse-croûte pour l’après-midi.

2. Mange des graisses saines et suffisamment de protéines

L’un des mythes les plus courants sur la nutrition est que la graisse fait grossir. Mais ton corps a besoin de graisse ! Cependant, il existe de nombreux types de graisses différents. Il faut éviter les acides gras trans et les acides gras saturés. Par contre, les bons gras comme les noix et l’avocat contribuent à te rassasier et à prévenir les fringales. Une poignée de noix mixtes est un en-cas idéal pour l’après-midi. Tu peux aussi facilement utiliser un peu plus d’huile d’olive vierge dans ta vinaigrette. De plus, le guacamole frais ou un poisson gras comme le saumon sont des sources excellentes pour intégrer des gras sains et rassasiants dans ton alimentation. Quand tu es vraiment rassasié, tu ne ressens pas le besoin de manger davantage.

3. Il faut apprendre à mieux gérer le stress

Les fringales sont presque toujours motivées par un facteur émotionnel. Évidemment, tu manges quelque chose parce que c’est bon. Mais tu es encore plus tenté d’acheter un hamburger et des frites ou une barre de chocolat quand tu es en colère ou stressé.

Il faut se demander si tu supprimes tes sentiments, si tu te distrais ou si tu remets les choses à plus tard avec ton comportement alimentaire (ou ta consommation d’alcool). Au lieu d’utiliser la nourriture comme moyen de procrastination, tu ferais mieux de chercher d’autres activités qui te soulagent dans ces cas-là :

  • va te promener ou courir
  • fais du yoga
  • prends quelques minutes pour méditer
  • concentre-toi sur ta respiration
  • parle à des amis ou à des collègues
  • fais quelque chose de créatif, tel que peindre ou dessiner
  • tiens un journal intime

Tu peux essayer différentes choses et voir ce qui fonctionne le mieux pour toi. Si rien ne fonctionne et si tu continues à te sentir dépassé par le stress, parle à ton médecin ou à un professionnel de la santé mentale. Ils peuvent t’offrir un soutien émotionnel et te proposer d’autres stratégies d’adaptation salutaires et efficaces qui ne se limitent pas à la nourriture.

Written by HUMANOO Experts Team

Originally published on 13. septembre 2021

Share this article

Partager sur linkedin
Partager sur xing

Diesen Artikel teilen

Du willst mehr Artikel wie diesen hier erhalten? Dann abonniere unseren HUMANOO Newsletter!

Sag uns, wie wir uns verbessern können!

Ähnliche Artikel

Möchtest du unseren B2B Newsletter erhalten?

Wir arbeiten täglich an spannenden und neuen Inhalten mit denen wir euch News über die Szene, Expertenwissen, Updates
und Websinare zukommen lassen. Willst du immer am Ball bleiben? Dann klick dich in unseren monatlichen Business Newsletter.